Recherche avancée
visiter
3150
Date de mise à jour: 2008/10/29
Condensé de la question
Pourquoi les chiite n’acceptent pas les propos de Ja’far le menteur qui affirme que son frère n’avait pas d’enfant, préférant plutôt accepter les propos d’Ousmane ibn Sa’ed ?
Question
Ja’far le frère de l’imam Hassan le père de l’imam en occultation affirme que son frère n’avait pas d’enfant. Les chiite n’acceptent pas ses propos car selon eux il n’est pas un infaillible. Mais ils acceptent les propos d’Ousmane Ibn Sa’ed qui dit que l’imam Hassan Askari (as) avait un enfant, or Ousmane n’est pas un infaillible. Comment justifier une telle contradiction ?
Résumé de la réponse

La naissance de l’imam du temps a été prouvée de plusieurs manières, comme par exemple l’affirmation claire de son père qui est un infaillible, sans oublier le témoignage de beaucoup de croyants et pieux (parmi lesquels Ousmane Ibn Sa’ed) et la confession des savants sunnites. Quand à Ja’far le frère de l’imam Hassan Askari (as), en plus du fait qu’il n’est pas infaillible, c’était quelqu’un de pervers immorale étroitement lié à l’appareil gouvernemental. Raison pour laquelle la négation de la naissance de l’imam Mahdi par un individu connu comme menteur et pervers n’a aucune valeur face aux arguments irréfutables et pertinents.

Réponse détaillée

Il faut évoquer deux points avant de répondre à cette question :

1 – Ja’far entretenait secrètement  des relations avec l’appareil gouvernement tyrannique et il était pervers moralement parlant. Autant de raison suffisante pour que l’imam Hassan Askari (as) lui cache la naissance de l’imam Mahdi (as). Donc on peut assimiler cette dissimulation à de la discrétion.

2 – Pour prouver la naissance de l’imam du temps, il existe des voies dont l’une suffirait pour rendre nul les prétentions de Ja’far et les personnes dans son genre. Surtout qu’il est réputé comme menteur au point de prendre le sobriquet de « Kazâb » (trop menteur).

LES VOIES POUR PROUVER LA NAISSANCE DE L’IMAM DU TEMPS[1]

 Un : La déclaration de l’imam Hassan Askari (as) à propos de la naissance de son fils Mahdi (as)

Dans un hadith authentique Mohammad ibn Attar rapporte d’Ahmad ibn Is’hâq qui rapport d’Ibrahim ibn Ja’far qui dit : Je dis à Abou Mohammad (l’imam Hassan Askari) Votre statut m’empêche de vous poser des questions. Mais puis-je vous demandez quelque chose ? Demande, lui répondit l’imam (as). Je dis : Avez-vous d’enfant ? Oui, répondit l’imam. Je dis : s’il vous arrivait quelque chose où devons-nous le trouver ? A Médine, répondit l’imam (as) ».[2] Il existe pleins de hadiths de ce genre mentionnés dans les ouvrages de traditions.[3]

Deux : Le témoignage de quelques femmes présentes au moment de la naissance de cet enfant

Nous avons par exemple Alaviyya Hakima Khatoun la fille de l’imam Jawad (as), la sœur de l’imam Hadi (as) qui s’occupa de la dame Narjes la mère de l’imam Mahdi (as) lors de la naissance.[4] [5] Quelques femmes l’assistaient également, comme par exemple Mariyya et Nassiman[6] la servante de l’imam Hassan Askari (as), sans oublier la servante d’Abou Ali Khizrâni qui l’avait offerte à l’imam comme l’affirme clairement le rapporteur digne de foi Mohammad ibn Yahya[7]

Trois : Les compagnons des imams et ceux qui témoignent avoir vu l’imam Mahdi (as) à la suite d’une visite. On peut citer les visites des ambassadeurs particuliers (dont fait partie Ousmane) mentionnés dans les livres des personnes comme Koleyni qui a vécu à l’époque de la petite occultation ou Sheikh Sadouq qui connu quelques années de la petit occultation.[8]

En dehors des ambassadeurs particuliers, certaines personnes ont eu l’opportunité de rencontrer l’imam du temps et leurs noms figurent dans les ouvrages de références chiites.[9]

Quatre : Témoignages des serviteurs, des servants.

Les gens comme Tarif Khadim[10], Khadima Ibrahim Ibn Badah Neyshabouri[11] (qui en compagnie de son maitre a rencontré l’imam Mahdi), Abou Adyane Khadim[12] et Abou Ghanim Khadim[13] ont eu l’occasion de rencontrer l’imam Mahdi (as). Nous avons également des gens comme Nassiman, Maryya et bien d’autres personnes que nous avons déjà mentionnées.

Cinq : La confession de la naissance de l’imam Mahdi (as) par certains savants sunnites.

Parmi les savants sunnites qui ont confirmé la naissance de l’imam Mahdi (as) nous avons Ibn Athir Jazari Azl ul Dine (Décédé en 630)[14] Ibn Khalkane (décédé en 681)[15] Shabravi Shafe’i (décédé en 1171)[16] Kheyr ul Dine Zarkoli (décédé en 1396)[17]

Nous nous contentons des propos de Kheyr ul Dine Zarkoli mentionnés dans « I’lâm » (Al Mahdi al Mountazar) (256 -275 hégire équivalant à 870-888 après JC), Mohammad ibn Hassan Askari (Al Khâlis) ibn Ali Hadi, Abou Kasim : le dernier des douze imams auprès des imamites. Il est connu auprès d’eux sous le nom de l’imam Mahdi (as), l’attendu, le guide du temps et Al Houjja. Il est né à Samara et son père est décédé quand il avait cinq ans.

Ibn Khalkane affirme : Les chiite attendent son apparition à la fin du temps.[18]

En dehors de ces personnes nous avons beaucoup d’autres savants sunnites qui reconnaissent ce fait historique même comme ils ne considèrent pas le fils de l’imam Hassan Askari (as) comme le Mahdi attendu (as).

Donc avec tous ces documents et témoignages historiques, la négation de Ja’far est inadmissible.

 


[1] - Consultez la question 534 site 582 intitulée preuves rationnelles et textuelles de la présence de l’imam du temps

[2] - Oussoul KAfi, Koleyni, vol 1, p 328, les éditions maktaba al islamiyya, Téhéran, 1388 hégire lunaire

[3] - Id

[4] - Kama ul dine, Sheikh Sadouq, vol 2, p 424, les editions institute de publication islamique, Iran, 1405 hégire lunaire

[5] - KAfi, vol 1, p 330

[6] Kamal ul dine, vol 2, p 420

[7] - Id, p 421

[8] - Kafi, vol 1, p 329-331, Kamal ul dine, vol 2, p 441, 435 et 502

[9] - Connaissance de l’imam attend, Sayyed Samer Oumeydi, Mahdi Ali Zadeh, p 152-154

[10] - Kafi, vol 1, p 332, Kamal ul din, vol 2, p 441

[11] - KAfi, vol 1, p 331

[12] -  Kamal ul dine, vol 2, p 475

[13]  - Id, p 431

[14]  - Al Kamil fi tarikh, Abou Hassan Azlul din ibn Abou Ali Akram (Ibn Athir), vol 7, p 274, Darou sâder, Beyrouth, 1399 hégire lunaire

[15] - Wâfiyaat ul I’laane, Ahmad Ibn Mohammad Shamsoudine, vol 4, p 176

[16]  - Al itehaf bi houbbil ashraaf, Abdoullah ibn Mohammad Shabvari, p 68 les editions adabiyya, Egypte, 1316 hégire lunaire

[17] - Al I’laam, Kheirul dine zarkoli, vol 6, p 80, 7ème impression, daroul elm li mayaline, Beyrouth, 1986

[18] - - Al I’laam, Kheirul dine zarkoli, vol 6, p 80

 

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

Catégories

Random questions

populaire

Liens