Recherche avancée
visiter
4527
Date de mise à jour: 2008/09/03
Condensé de la question
Si les compagnons se détestaient mutuellement, comment ont –ils réussi à réaliser autant de conquêtes ?
Question
Si tel que le disent les chiites les compagnons se détestaient mutuellement et que chacun faisait des efforts pour arriver au pouvoir, que leur société dépourvue de solidarité et de fraternité, une société remplie essentiellement de mécréants excepté un petit nombre, comment ont-ils pu conquérir beaucoup de région du monde s’ils se détestaient mutuellement ?
Résumé de la réponse

Tous les compagnons ne se détestaient pas et ne faisaient pas des efforts pour accéder au califat. Seul le petit nombre qui de n’importe quelle manière avait accédé au pouvoir se disputait mutuellement et ce ne sont pas uniquement les chiites qui tiennent ce genre de propos, les ouvrages de références sunnites en parlent également. Bien qu’ils y avaient des divergences entre eux, ils partageaient beaucoup de points communs et nous ne pensons pas qu’ils sont redevenus mécréants et adorateurs des idoles. Ils ont plutôt fait preuve de désobéissance à un certain niveau dans l’application des ordres des ordres des prophètes et enfin nous ne pensons pas que l’islam des hommes et les multiples conquêtes peuvent servir de moindre prétexte pour la considération mutuelle entre eux. L’islam s’est déployé beaucoup plus grâce au caractère attirant de ses enseignements et sans beaucoup plus regarder le comportement des envahisseurs, les gens qui habitaient dans les régions conquises étudiaient plutôt le contenu des enseignements islamiques et à travers cela ils s’islamisaient. Cela ne veut pas pour autant dire que le comportement des combattants dans l’attirance des gens vers l’islam n’a joué aucun rôle non, l’un des facteurs fondamentaux dans la victoire de l’islam repose sur le bon comportement des musulmans.

Réponse détaillée

Cette question se réparti en réalité en plusieurs petites questions :

1 – Est-ce que les chiites disent que tous les compagnons se détestent mutuellement et se battaient en vue d’accéder au pouvoir ?

2 – Est-ce que leur société était dépourvue de considération et d’affection ?

3 – En dehors d’un petit nombre, est ce que tous les compagnons étaient des mécréants ?

4 – Avec une société dépourvue de considération et de solidarité et de fraternité, peut –on réussir à conquérir des régions du monde ? Et réussir à faire embrasser l’islam aux gens de ces régions conquises ?

Nous partons dans ce même ordre pour répondre aux questions ci-dessus

Les chiites ne pensent pas que tous les compagnons se détestent mutuellement, ils pensent plutôt qu’en dehors d’un nombre limité qui ayant ignoré le testament et les ordres du prophète (ç) ont entrepris un certains jeu politique dans lequel ils ont entrainé la population en prenant le pouvoir en main, le reste de compagnons ne se détestaient mutuellement et faisaient des efforts pour l’évolution de l’islam. Bien que par manque d’appréciation juste par rapport aux évènements et sans tenir compte des menaces que fait la société islamique, un groupe s’est engagé dans un jeu de militantisme politique, en réalité, chaque fois que le danger commun guettait les musulmans, ils se réunissaient vite en vue de déjouer ce danger.[1]

En d’autres termes, bien que l’amour du pouvoir soit quelque chose qui se trouve en chaque être humain, nous réalisons en étudiant l’histoire qu’entre les dizaines de milliers de compagnons, seul un petit nombre qu’on peut pointer du doigt se battait pour accéder au califat et le reste était juste des spectateurs dans cette lutte. Chacun se débrouillait pour prendre une position et ce ne sont pas seulement les chiites qui le disent mais comme nous le verrons dans la suite, les arguments et les documents que nous présenterons montrent que les ouvrages sunnites sont pleins de récits et des faits qui d’une certaine manière impliquent certains compagnons dans ce conflit.

En ce qui concerne la considération mutuelle au sein de la communauté des compagnons, il faut également dire qu’à partir de différents points communs qu’ils avaient ensemble, le terrain était propice pour la fraternité et l’affection mutuelle.  Ils allaient à la prière ensemble, observaient le jeune pendant le mois de ramadan s’acquittait de la zakat, allaient combattre les mécréants et les idolâtres, accomplissaient les rites du pèlerinage…Cette considération mutuelle existe au sein de l’ensemble des compagnons. Mais les personnes qui étaient à la tête de la  société islamique se sont plusieurs fois retrouvées face à face et ont engagé un conflit particulièrement intense entre eux et nous avons des exemples que nous avons appelons à consulter de manière plus précise dans le coran et les ouvrages d’histoires sunnites. Là vous réaliserez que les conflits qui existaient entre certains compagnons n’est pas quelque que les chiites ont inventé.

1er cas : Le premier et le deuxième calife selon ce que pense les sunnites et les chiites également était constamment ensemble et se soutenaient mutuellement. Mais on note dans beaucoup de situation qu’ils étaient en conflit si bien que la voix de ces eux compagnons est parvenu au prophète (ç) et ils parlaient tellement à haute voix qu’un verset coranique fut révélé à ce sujet et interdisait les croyants d’élever la voix près du prophète (ç) sous peine de voir toutes leurs bonnes œuvres effacées.[2]

Le plus authentique ouvrages de références c’est -à-dire Boukhary explique à ce sujet qu’il manquait peu pour que la révélation de ces versets entraine l’anéantissement de deux bonnes personnes à savoir Aboubakr et Oumar !  Lorsqu’un groupe vint auprès du prophète (ç), ces deux se mirent à se discuter au point qu’Aboubakr disait à Oumar : « Ta décision n’est destinée qu’à s’opposer à moi » et de l’autre côté Oumar répondit : « Tel n’est pas le cas » la dispute entre les deux s’est poursuivie et ils avaient commencé à élever la voix en présence du prophète (ç). C’est à la suite de cela que Dieu a révélé les versets de la Sourate Houjrat.[3]

2ème cas : Au moment de sa mort, le prophète (ç) avait voulu qu’on lui apporte une plume et de l’encre afin qu’il écrive son testament. Mais le deuxième calife s’en était opposé.[4] Et à la suite de cela, certains compagnons avaient voulu qu’on exécute l’ordre du prophète (ç). Mais un autre groupe s’est opposé à l’avis du groupe d’en face ce qui poussa le prophète (ç) à leur dire qu’il n’est pas bien de disputer en présence du prophète (ç).

 3ème cas : Ibn Mas’oud l’un des grands compagnons et porteur du coran avait des conflits avec le troisième calife au point qu’après sa mort il fut inhumé la nuit par Zoubeyr et Ousmane avait reproché cet acte à Zoubeyr.[5]

4ème cas : Les compagnons des deux côtés ont participé à la guerre de Jamal et Seffine et beaucoup d’entre eux ont été tués lors de ces batailles.

5ème cas : Bien que le prophète (ç) ait déclaré que le ciel n’a pas jeté son ombre sur plus véridique qu’Abouzar, il (Abouzar) a été en conflit avec Mouawiya et le troisième calife l’avait poussé à l’exile à Rabaza où il est mort comme un étranger.[6] Pourtant tous les trois sont des compagnons !

6ème cas : lors de l’évènement de Sakifa, quelqu’un avait crié en disant ceci : « Avec cet acte vous avez tué Sa’ad ibn Ibada ».  Le deuxième calife répondit : « Que Dieu le tue ».[7]

7ème cas : Ammar fait partie des personnes qui étaient conflit avec le troisième calife[8] et les deux font partie des plus illustres compagnons.

Lorsqu’on consulte les livres des sunnites ont remarque beaucoup de cas similaires et dans ces lignes très réduites nous ne sommes pas tenus de citer tous les cas de conflits d’hostilité entre les compagnons car cela risquerai d’aboutir à un ouvrage beaucoup plus gros. Mais la question que nous posons est que si les compagnons n’avaient en réalité aucune considération les uns des autres, comment est ce que la réunion de Sakifa a pu avoir lieu et pourquoi  est ce que Sa’ad ibn Ibada qui est l’un des grands  dignitaires Ansar n’a pas donné l’allégeance jusqu’à la fin de sa vie et fut tué de manière obscure ? Pourquoi est ce que l’imam Ali (as) n’a donné l’allégeance qu’après six mois et surtout après la mort de Fatima ?[9]

3 – Quant à savoir que tous les compagnons en dehors d’un petit nombre étaient devenus des mécréants, nous devons d’abord nous pencher sur la signification du mot mécréant ou (koufr) ou apostat afin de passer à l’analyse de la question.

Si la mécréance et l’apostat signifie rentrer dans le culte des idoles en laissant l’adoration d’un Dieu unique, nous n’acceptons pas que les compagnons du prophète (ç) étaient des mécréants ou des apostats. Mais si on considère la mécréance et l’apostat comme l’ingratitude vis-à-vis des bienfaits et la désobéissance par rapport à certains ordres du messager de Dieu, on peut dire que beaucoup de compagnons ont commis des péchés dans ce domaine.[10] Cette chose ne se limite pas uniquement à l’époque après les prophètes. En effet, lorsque les prophètes vivaient encore et aussi à l’époque des prophètes précédents, on observe des cas où des gens leur ont désobéi, au point où on note que Dieu blâme les musulmans en leurs disant ceci : « Ô croyants que se passe t-il ave vous chaque fois qu’on vous donne un ordre pour que allez combattre au front, vous vous scotchez à la terre ? Êtes vous plus satisfaits à vous attacher aux choses de ce bas monde qu’aux choses qu’on a prévu pour vous dans l’au-delà ? »[11] On note également lorsque les enfants d’Israël avaient désobéi leur avait dit ceci : « Seigneur excepté mon frère et moi, je n’ai personne d’autre pour le commandement »[12]. Dans les deux cas évoqué, les compagnons du messager et du prophète Moïse (as) ne sont pas devenus des mécréants au sens d’adorateurs des idoles mais pour avoir désobéi aux ordres de leur prophète, ils ont fait l’objet des blâmes et des reproches. 

Lorsque nous voyons seulement Aroune obéir aux ordres de Moïse (as)  parmi les enfants d’Israël, comment peut –on ne pas concevoir que les compagnons du prophète (ç) ne lui ont pas désobéi aussi. Or les sunnites eux-mêmes citent du prophète (ç) que tous les évènements qui se sont produits sur les enfants d’Israël se reproduiront également point par point pour cette communauté (la communauté musulmane).[13] En plus de cela, même les enfants des prophètes qui font  partie des premiers compagnons n’avaient pas de considération mutuelle entre eux et exprimaient mutuellement de la jalousie, comme c’était  le cas entre les frères de Yousouf (as) qui sont tous tombés d’accord pour le jeter dans le puits. Alors peut –on ne pas penser que certains compagnons à l’image de ce que nous avons présenté aient pour des raisons d’intérêt personnel détourné le califat de sa trajectoire normale ?

4 – Mais il parait  illogique de concevoir que les conquêtes musulmanes se sont concrétisées grâce à l’affection mutuelle entre les compagnons. Or les faits historiques que nous avons rapporté et les arguments que nous avons présenté disent le contraire.

Pour répondre à ces questions, nous présentons deux situations :

Pouvez répondre aux questions suivantes :

a- Malgré ce qui par rapport à ce qui parait clairement dans le coran, malgré le fait que Jésus sentait l’odeur de la mécréance parmi tous ses compagnons (excepté les 12 apôtres)[14] actuellement, le nombre de chrétiens n’est pas supérieur à celui des autres religions y compris les musulmans et est ce que la plupart des régions  géographiques du monde n’a pas adhérée à cette religion ? Est-ce que cela provient du fait que les compagnons de Jésus (as) s’entendaient et qu’ils étaient solidaires entre eux ou alors c’est pour une autre raison.

b- N’a t-on enregistré aucune autre conquête après les évènements sanglants de Jamal Seffine, Jamal, Narawand, Achoura et de l’époque après les compagnons ? L’Andalousie n’a pas été conquise à la fin de l’époque de la fin de Bani Omeya lorsque la fin les compagnons n’était plus en vie ? A quelle époque Constantinople a été conquise ? A quelle époque les victoires lors de la guerre des croisades ont-elles  eu lieu ? N’existait –il pas de la considération mutuelle entre les musulmans à cette époque aussi ?

Si vos réponses sont affirmatives, cela signifierait que vous n’êtes beaucoup informé sur l’histoire. Et si votre réponse est négative, comment justifierez-vous alors ces conquêtes ?

c- Aujourd’hui en ce qui concerne la puissance des impérialistes et des oppresseurs tels les Etats unis qui dominent le monde entier et sont carrément infiltrés partout est ce que cela veut dire qu’ils sont dans la vérité ? N’est t-il pas possible qu’ils aient obtenus des grandes victoires militaires par rapport à d’autres objectifs ?

d- Approuvez vous Cyrus et Alexandre parce qu’ils ont juste réalisé des grandes conquêtes ?

L’analyse que nous avons faite sur le déploiement progressiste de l’islam, qui continue jusqu’aujourd’hui bien évidemment relève des enseignements islamiques en particulier ceux du coran avec tous ce qu’il a d’attirant, des enseignements qui s’installent facilement dans la nature humaine. Peut être certains participants aux conquêtes visaient des butins et davantage des richesses. Ils ont également réalisé des victoires et la preuve de cela est que ce genre de personnes à la fin de leur vie avait laissé beaucoup de richesses et l’une des raisons pour lesquelles il y a eu des guerres entre les musulmans provenait du fait qu’il n’était pas facile pour eux d’abandonner ses richesses. Mais les gens qui vivaient dans les régions conquises ne s’intéressaient pas au comportement des envahisseurs : ils s’intéressaient plus au des enseignements de l’islam. C’est ce qu’il les a attiré à l’islam. Nous pouvons également l’islamisation des peuples d’Indonésie de Malaisie et bien d’autres pays qui n’ont pas été attaqué par les musulmans. Les gens de cette région qui constituent plus de la moitié des musulmans de la planète ont adhéré à l’islam alors qu’ils n’ont connu aucune attaque militaire et tous cela après l’époque des prophètes. Juste parce qu’ils ont retrouvé dans l’islam ce qu’ils avaient perdu et ce fait se poursuit dans tous les autres continents du monde.

Ce n’est pas avec la guerre et le sang le prophète a convaincu ses compagnons à adhérer à l’islam pour que ceux là veuille rependre l’islam de cette manière. Le prophète touchait les cœurs et ses enseignements fait en sorte que l’islam se repende très rapidement. Si les musulmans étaient unis et n’étaient pas affecté par les divisions dans le but de chercher les intérêts personnels, on n’aurait pas eu des conflits internes. Si nous avions une communauté islamique unie actuellement, nous aurions la suprématie sur le monde. Et il n’y aurait même pas les conflits entre les pays musulmans, la seule chose que les pays musulmans partagent vraiment aujourd’hui est leur présence insignifiante au sein de la conférence des pays islamiques[15]

Notre dernière analyse au sujet du déploiement de l’islam relève de l’attirance des évènements islamiques et les conflits internes ont connu proviennent malheureusement des premières hostilités entre les compagnons dès le départ. Cela ne signifie pas que le comportement des combattants dans l’appellation des gens à l’islam n’a aucun effet. Mais le comportement adéquat des musulmans constitue plutôt l’un des facteurs essentiels dans les victoires réalisées par l’islam.

Nous attendons le jour où l’imam Mahdi (as) viendra pour arranger la situation entre tous les musulmans.[16]

 


[1] - Consultez les thèmes le thème les compagnons selon les chiites, question 1167

[2] - Sourate Houjrat verset 2

[3] -  Boukhary, Abou Abdallah Mohammad ibn Ismaïl, Sahih Boukhary, vol 6, page 46 et 47, vol 8, page 145, Darul fiqh, Beyrouth, 1401 hégire lunaire.

[4] - id, vol 5, page 137 et 138.

[5] - Ousdou gaba, ibn Athir, vol 3, page 260, les éditions Ismaliyan, Téhéran, vol 1, page 301.

[6] -  id, vol 1, page 301.

[7] - Sahih Boukhary, vol 4, page 194.

[8] - Tabakat ul koubra, Mohammad ibn Sa’ad, vol 3, page 260, Darul Saderat, Beyrouth

[9] - Sahih Boukhary, vol 5, page 82 et 83.

[10] - En ce sui concerne l’apostat et la mécréance des compagnons consultez les thèmes significations les thèmes signification d’apostat des compagnons, question 1970 et également l’islam d’Aboubakr et Oumar, question 2992 dans le même site.

[11] - Sourate Tawba, verset 38.

[12] - Sourate Ma’ida, verset 25.

[13] - Sahih Tirmizi, vol 4, page 135, Darul fiqh, Beyrouth, 1403 hégire lunaire.

[14] - Sourate Aali Imrane : 52 

[15] - Ceci correspond à la mécréance qu’on peut démontrer en ce qui concerne certains compagnons et cette mécréance ne signifie pas idolâtrie ou culte des idoles

[16]- En ce qui concerne les premières conquêtes islamiques, consultez le thème l’imam Ali (as) et le déploiement de l’armée par les califes vers les autres pays, question 550

 

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire