Recherche avancée
visiter
6188
Date de mise à jour: 2009/11/11
Condensé de la question
Quels sont le rang et la place de la femme en Islam? Est-ce qu'elles jouissent des mêmes considérations que les hommes?
Question
Quels sont le rang et la place de la femme en Islam? Est-ce qu'elles jouissent des mêmes considérations que les hommes?
Résumé de la réponse

Dans l'optique de l'Islam, l'homme et la femme doivent suivre un objectif commun qui n'est autre que franchir le sommet de la perfection humaine. Pour arriver à cet objectif, ils jouissent des mêmes capacités et potentiels. La différence du sexe qui est une nécessité de la création, ne joue aucun rôle dans l'apparition ou le développement de cette aptitude et de cette capacité. Elle n'intervient pas non plus dans l'évaluation religieuse. En conséquence, la perfection de la femme ne consiste pas à avoir le même rang que celui de l'homme. Et de son côté, se déclarer le sexe fort n'est pas un argument pour l'homme de se montrer fier.

Du point de vue de l'Islam:

1- la femme est le symbole de la beauté, de la délicatesse et de l'apaisement.

2- la femme est la source de l'apaisement pour l'homme et celui-ci est le point d'appui et le responsable et le tuteur de la femme.

3- le rapprochement de Dieu, le bénéfice des actes pieux et le parcours de la voie spirituelle ne sont pas le monopole d'un sexe particulier.

4- Les différences entre l'homme et la femme dans les prescriptions, ne puisent pas leurs sources dans l'injustice ou encore dans les idées patriarcales. Elles relèvent de la responsabilité supplémentaire de l'homme et de ses devoirs non moins grands à l'égard de la famille et de la société.

Réponse détaillée

Si nous ne fermions pas les yeux sur la réalité et si nous regardions les phénomènes tels qu'ils sont et non comme nous les préférons, nous pourrions alors les voir de plus près et nous exprimer sur le sujet. Nous verrions ainsi que la perfection de la femme ne consiste pas à avoir le même rang que celui de l'homme, et se déclarer le sexe fort n'est pas un argument pour l'homme de se montrer fier. En réalité, "le corps de la création humaine" est composé de deux moitiés indépendantes, mais coordonnées, à savoir l'homme et la femme.

Ce qui rend supérieurs les hommes et les femmes, ce sont leurs efforts en vue de promouvoir l'humanité, c'est-à-dire transformer les aptitudes en investissements. Du point de vue de la révélation et de la sagesse islamique et coranique, il n'y a aucune différence entre l'homme et la femme, sauf ce qui est nécessaire à l'ordre continuel de la création.

Etant donné que dans la question posée, "le rang de la femme" s'appuie sur le titre "la religion musulmane", il est indispensable de nous inspirer davantage des sources de la pensée religieuse, à savoir le noble Coran, la pure tradition du noble Prophète de l'Islam (que le salut de Dieu soit sur lui) et celle de sa noble famille (bénie soit-elle).

 

Les aspects et les dimensions du rang de la femme

 

Le rang et la place de la femme en Islam peuvent être étudiés sous trois dimensions:

 

A) le rang et la dignité de l'être humain

1- La femme est le symbole de la beauté, de la délicatesse et de l'apaisement. Chaque créature est le symbole de l'un des noms divins, car la création qui est l'un des attributs par "Action" de Dieu (et non de ses attributs par "Essence") consiste en l'illustration du Créateur qui se manifeste dans ses différentes créatures. C'est ainsi que l'Imam Ali (béni soit-il) a affirmé: "Toutes les louanges appartiennent à Dieu qui par ses créations, s'est montré à ses créatures".[1] [2]

Dans l'optique du noble Coran, le secret de la création de la femme ainsi que la fondation du foyer familial et le mariage, vont au-delà des tendances instinctives et le bonheur temporaire. "Parmi ses signes est d'avoir créé, de vous, des femmes, afin que près d'elles vous trouviez l'apaisement; Il a établi entre elles et vous l'affection et la bonté. En cela, il y a des signes à faire connaître Dieu pour ceux qui réfléchissent.[3]

2- Tous les avantages raciaux, sexuels etc, sont à exclure. " Hommes, Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle et vous avons constitué  en peuples et en tribus pour que vous vous connaissiez entre vous. Devant Dieu, le plus noble et le plus digne, c'est le plus pieux d'entre vous. Dieu est Omniscient et Connaît tout".[4]

3- L'appel lancé par tous les Prophètes (bénis soient-ils) et par tous les livres saints visent uniquement l'humanité et ils portent tous le même message: " Ceux qui m'obéissent sont de Moi".[5]

4- La place de la femme dans la création est là où il n'y a pas de frontière pour les victoires, les possessions et les réussites. "Homme tu avanceras avec effort vers ton Seigneur, tu Le rencontreras".[6] " Et chacun est en gage de ses acquis".[7] " Et à l'Homme n'appartient que le fruit de son propre effort et que son effort sera vu et reconnu, puis il sera récompensé pleinement".[8]

5- Quiconque obéit à Dieu s'approche de Lui, qu'il soit un homme ou une femme. " Et quand Mes serviteurs t'interrogent à Mon sujet, en vérité, Je suis proche, J'exauce l'appel de celui qui m'appelle dès qu'il M'appelle. Qu'ils répondent à Mon appel et qu'ils croient en Moi. Peut-être seront-ils parfaitement guidés".[9]

6- Atteindre une vie pure, propre et agréable comporte deux conditions: l'acte pieux et être croyant (peu importe que l'on soit un homme ou une femme). "Quiconque, homme ou femme, qui, tout en étant croyant fait œuvre pie, Nous lui ferons vivre et lui donnerons une vie pure et agréable et lui donnerons la récompense selon ce qu'il aura fait de mieux". [10]

7- Quiconque nie les réalités sera maudit par Dieu. " Quant à ceux qui font preuve de mécréance et meurent impies, ils encourront la malédiction de Dieu, des anges et de tous les hommes". [11]

Ce que l'on pourrait déduire de ces versets, c'est que Dieu s'adresse à l'être humain qui est maître de sa foi, de sa croyance et de son acte. " Il récolte ce qu'il sème" qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme. Dans la vision de la révélation, la femme est considérée comme un "être humain" et son sexe n'a point d'effet sur les lignes directrices des devoirs et de la personnalité des humains.

 

A présent, nous nous pencherons sur l'analyse d'une autre dimension de la place et du rang de la femme en Islam:

 

B) La femme sur l'échelle de la gnose et dans le ciel de la connaissance spirituelle

1- Dieu n'est pas particulier à l'homme. Et la connaissance spirituelle n'est pas non plus, un joyau interdit et fermé aux femmes. Les progrès spirituels sont soumis à la formule suivante: la connaissance spirituelle, l'affection, l'obéissance, le rapprochement mental.

Or, qui souhaite acquérir la connaissance spirituelle, la science et la sagesse et combien il souhaite en avoir, importe peu. Ce qui est en revanche important, c'est que l'on ai de la reconnaissance pour la guidance et à partir de là, on remplit les conditions pour cette promesse divine: " Croyants, repentez-vous de vos fautes devant Dieu, un repentir sincère. Peut-être votre Seigneur effacera-t-Il, les effets, de vos mauvaises actions et vous fera-t-Il entrer dans des jardins de bienfaits, sous lesquels coulent les rivières de bonheurs". Le noble Coran donne également deux exemples, deux positifs et deux négatifs. Pour les croyants Dieu cite en exemple la femme de Pharaon : "Dieux propose, en exemple, aux croyants, la femme de Pharaon quand elle dit: Seigneur, bâtis-moi une demeure auprès de Toi dans le Paradis, sauve-moi de Pharaon et de ce qu'il fait, sauve-moi du peuple injuste".[12] Dieu propose aussi en exemple la vénérée Marie (bénie soit-elle) dans la sainte sourate "l'Interdiction". Mais le Tout Puissant propose également deux mauvais exemples (les épouses des Prophètes Noé et de Lout -Lot-).[13] Dans ces sourates, ces femmes "gentilles" et "méchantes" sont citées en exemple pour tout le monde et non uniquement pour les femmes.

2- Le principal investissement dans le parcours de la voie spirituelle est le "cœur" et la "l'affection" et dans ce domaine les femmes sont plus riches que les hommes. Les voies de progrès de l'être humain sont différentes. L'une c'est la voie de la pensée et l'autre c'est la voie de l'invocation. Les femmes Sur la voie de l'invocation qui est la voie du cœur et de l'affection et de l'enthousiasme, les femmes sont au moins égales de l'homme, sinon plus fortes.[14]

3- Le noble Prophète de l'Islam (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) a affirmé: " La meilleure des sciences c'est l'unicité de Dieu et la meilleure des prières c'est la prière de repentance".[15] ( Il est tout à fait clair que qu'il n'existe aucune différence entre l'homme et la femme pour accéder à ses sciences et savoirs.

4- Si nous possédons la piété nous arriverons à la spiritualité et la piété n'est pas le monopole d'une personne ou d'un groupe quelconque. "Dieu nous a accordé sa faveur. En effet, celui qui est pieux et qui patiente, Dieu ne fait point perdre la récompense des bienfaiteurs".[16]  " Par contre, celui qui aura craint respectueusement de comparaître devant son Seigneur, (Observera ses ordres) et qui aura gardé son âme de mauvaises passions et des penchants diaboliques, aura le Paradis pour demeure". [17]

En résumé, l'existence d'exemples nombreux de femmes pieuses à toute époque et en tout lieu est en soi, le meilleur témoignage sur l'ouverture de la voie spirituelle aux femmes.

 

C- Le rang de la femme dans les prescriptions et lois divines:

Ce qui pose, semble-t-il, questions et doutes concernant la place et le rang de la femme en Islam, c'est l'existence d'un certain nombre de prescriptions à son sujet. Ces doutes peuvent être aisément levés avec une observation générale de la structure des prescriptions et le rôle du sexe dans ces prescriptions.

Les prescriptions islamiques (ayant un regard sur le sexe) sont divisées en plusieurs catégories:

1- les prescriptions communes: comme le jeûne, les prières quotidiennes, le Haj, etc.

2- Les prescriptions particulières aux femmes: comme la menstruation (les règles).

3- les prescriptions qui en apparence sont discriminatoires: comme l'héritage de la femme, la quotité du prix du sang pour la femme, etc.

En règle générale, les raisons de l'existence des prescriptions particulières et les prescriptions dualistes (en apparence discriminatoire)  sont:

a) l'homme est le responsable des dépenses et du budget de la famille et il doit disposer de moyens financiers supplémentaires. (C'est la raison pour laquelle son héritage – bien entendu dans certains cas- est supérieur à celui de la femme).[18]

b) dans certains récits, la femme est blâmée. Toutefois, là, il s'agit de la femme objet et légère et non en tant que femme "être humain". A titre d'exemple: " la femme est un scorpion, mais sa morsure est douce".[19]

c) et dans une partie des récits (en particulier dans la voix de l'éloquence), là où la femme est blâmée, il s'agissait des femmes qui à l'époque de l'Imam Ali (béni soit-il) avaient participé à "la bataille du chameau" dirigée par Aïcha. Ce sont elles qui sont visées et ce pour une époque et un lieu donnés.[20]

d- dans les cas ou certaines prescriptions telles que: le djihad primaire, la magistrature, etc ne sont pas accessibles aux femmes, ce n'est pas qu'elles sont privées d'un droit, mais il s'agit d'une faveur divine afin que ne leur incombe une lourde responsabilité contraire à leur tempérament doux.

Le Prince des croyants, l'Imam Ali (béni soit-il) affirme: " La femme ressemble à une fleur. Elle sent bon et elle est douce. Elle ne ressemble point un héros violent et dur".[21]

e- Certaines prescriptions comme la puberté des filles qui intervient plutôt que les garçons, etc, ont pour raison le fait que la femme puisse être plutôt couverte par l'éducation afin qu'elle soit prête à éduquer, à son tour, les futures générations. D'autant plus que le mariage des filles intervient plutôt que celui des garçons.

f- certaines restrictions et interdictions ont pour explication, la tracée de limites et de frontières à la corruption et aux risques et dangers éventuels qui se révèlent importants et qui doivent faire l'objet d'une prévention. A titre d'exemple, il a été ordonné aux femmes de parler sur un ton sérieux, sans une voie sensuelle, "de peur que vous ne convoite quiconque a une maladie (un mal) dans le cœur".[22]

g- Comme, la faute et le mal qui sont relatifs, la préférence et la priorité entre  la femme et l'homme, le sont aussi. C'est pourquoi chaque fois que vous voyez une restriction ou un reproche vis-à-vis d'une femme, ayez une vision ou un regard relatif. En Islam, dans beaucoup de domaines, de nombreux avantages ont été octroyés à la femme. Notamment lorsqu'à ce propos le noble Prophète de l'Islam (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) a dit: " Si tu es en train de faire une prière recommandée, et que ton père t'appelle, ne rompt pas ta prière, mais si c'est ta mère qui t'appelle, alors rompt ta prière".[23]

Le noble Coran a clairement ordonné: " Vivez avec les femmes d'une façon reconnue et convenable".[24]

 

Pour plus d'informations vous pouvez vous adressez à :

"La règle des droits de la femme en Islam"; Morteza Motahari.

"La femme dans le miroir de la beauté et de la majesté" Abdullah Djavadi Amoli.

Notre site web: index Coran, consistance, femme, homme, question n°267



[1] La voix de l'éloquence, sermon n°108.

[2] "La femme dans le miroir de la beauté et de la majesté" Abdullah Djavadi Amoli.

[3] La sainte sourate "Les Byzantins" verset 21.

[4] La sainte sourate "Les chambres" verset 13.

[5] La sainte sourate "Abraham" verset 26.

[6] La sainte sourate "La crevasse" verset 6.

[7] La sainte sourate "Le Mont" verset 21.

[8] La sainte sourate "L'étoile" verset 39.

[9] La sainte sourate "La vache" verset 186.

[10] La sainte sourate "Les abeilles" verset 97.

[11] La sainte sourate "La vache" verset 161.

[12] La sainte sourate "L'interdiction" verset 11.

[13] La sainte sourate "L'interdiction" verset 10.

[14] "La femme dans le miroir de la beauté et de la majesté" Abdullah Djavadi Amoli, p.197.

[15] " La meilleure des sciences c'est l'unicité de Dieu et la meilleure des prières c'est la prière de repentance". Les principes de Kafi, Koleni, vol.II, p.517.

[16] La sainte sourate "Joseph" verset 90.

[17] La sainte sourate "Les anges qui arrachent" versets 40 et 41.

[18] Pour plus d'informations sur les raisons de la règle de la quotité du prix du sang de a femme qui est la moitié de celle d'un homme, cf: les index: "la différence entre l'héritage de la femme et de l'homme dans le Figh (jurisprudence) musulman" question n°116 / et "la différence entre le prix du sang de la femme et de l'homme dans le Figh (jurisprudence) musulman", question n°117 / "les cas de l'égalité de l'héritage entre la femme et l'homme", question n°536 (site:585) / "la non supériorité de l'homme sur la femme" question n°531 (site:579), dans notre site web.

[19] La voix de l'éloquence, les recommandations n°61.

[20] Par exemple: La voix de l'éloquence, sermon n°80.

[21] La voix de l'éloquence, la lettre n°31.

[22] La sainte sourate "Les partis" verset 32.

[23] L'ensemble des Hadiths (récits) chiites, vol.21, p.428 et 429.

[24] La sainte sourate "La femme" verset 19.

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire