Recherche avancée
visiter
3841
Date de mise à jour: 2010/08/22
Condensé de la question
Est-il possible d'aimer et craindre, en même temps, Dieu ?
Question
Comment peut-on aimer Dieu et Le craindre aussi ? En Islam, deux choses qui sont, d'ailleurs, en contradiction, c'est-à-dire la crainte et l'affection, sont recommandées. Au moins, des grands hommes comme le prophète ( que Dieu le bénisse lui et les siens) et les Imams infailibles ( bénis soient-ils), ne devront-ils pas craindre Dieu ? Si l'infaillible craint tellemement Dieu, qu'adviendra-t-il à nous !
Résumé de la réponse

La crainte et l'espoir et dans ceratins cas l'affection, envers Dieu ne sont pas une chose étonnante, car cela a envahi, en quelque sorte, toute notre vie, alors que nous en ignorons l'ampleur. Il faut savoir que même notre marche est le fruit de la crainte, de l'espoir et de l'affection, faute d'espoir, nous ne faisons pas la marche, et si nous ne faisons pas la marche, nous n'arrivons pas à notre destination. Et si ne craignons pas, nous ne prenons pas des précutions nécessaires dans notre marche; ce qui nous portera préjudice et nous empêchera d'atteindre notre destination. Il en est, surtout, ainsi, lorsque vous voulons utiliser les moyens de transport ou les équipements électriques et …; car nous risquons, là, de perdre notre vie, si nous ne prenons les précautions nécessaires. Or, le mélange de la crainte et de l'espoir dans une seule quintessence est possible et on peut éprouver, en même temps, la crainte et l'affection envers une personne et ne c'est pas, du tout, une chose étonnante.

Cela étant dit, on peut craindre Dieu et éprouver une affection à Son égard et placer son espoir envers Lui; car l'amour, l'affection et l'espoir envers Dieu le Très-Haut poussent à mener davatage d'efforts pour obtenir l'agrément de Dieu en vue de parvenir aux grâces et aux bienfaits du Tout-Puissant dans le monde d'ici-bas et dans l'au-delà, tandis que la crainte de Dieu pousse à faire preuve davantage de modestise et soumission à Dieu, tout en évitant les autres choses qui suscitent la colère de Dieu et enraînent Son chatiment. Ce mélange de la crainte et de l'espoir dans le monde d'ici-bas apporté, pour les gens moyens, une sérénité, loin de toute crainte et d'inquiétude, dans le monde l'au-delà. Le monde d'ici bas c'est un endroit où il faut cultivier pour en récolter les fruits dans l'autre monde où il n'y a plus aucune occasion de cultivier et de mener des activités. La crainte seule, aboutit à la déception, au désespoir, à l'angoisse, et à la dépression. L'espoir et l'affection seule, autrement dit, l'espoir et l'affection sans la crainte, aboutissent aux tentations de passions et aux péchés, qui sont, tous les deux, blâmables et reprochables.

Réponse détaillée

La crainte, l'espoir et l'affection, qui sont liées à la conscience, ne nécessitent pas d'être définis. L'homme peut avoir peur de certaines choses, par exemple : A) l'homme peut avoir peur du danger qui menace sa vie, ses biens et … B) L'homme peut éprouver la crainte envers la grandeur d'un fait ou d'une chose. C) l'homme peut craindre les conséquences de ce qu'il fait ou il peut avoir peur pour son avenir; et il arrive parfois qu'un ensemble d'élélements et de facteurs, suscitant la peur et la crainte de l'homme, entrent en jeu.

L'homme éprouve éprouve, également, l'affection et l'intérêt vis-à-vis des choses, par exemple : A) lorqu' il est fasciné par l'attirance et la beauté de son bien-aimé. Là, il s'agit de deux sortes d'amour, un amour éphémète et passager qui découle des beautés passagères, mortelles et apparentes et un amour qui résulte des valeurs morales et qu'on éprouve envers la Beauté et la Perfection du Très-Haut, c'est amour est éternel et aboutit à l'entente et au salut. B) Lorqu'il se sent dépendant de son bien-aimé et attend d'en servir pour assurer ses propres visées. Dans ce cas, il ne veut pas le bien-aimé que pour lui-même pour assurer ses propres visées sans se soucier de ce qui est dans l'intérêt de son bien-aimé. C) Lorsqu'il éprouve une affection pour remercier son bien-aimé pour les bienfaits que ce dernier lui a accordés. Là, il est fasciné par son bien-aimé, car il se sent redavable à son égard pour les bienfaits qu'il lui a accordés. D) lorqu'il veut attirer le bien-aimé vers lui. Il s'efforce, donc, d'obtenir son affection pour qu'il lui porte assistence et aide. Il peut arriver que plusieurs éléments se réunissent pour éprouver l'affection envers un bien-aimé.

Il nous suffit de faire un peu d'attention pour se rendre compte que toutes nos acttions et toutes nos réactions sont mélangées à une sorte de crainte, d'affection et d'espoir. Quouique qu'il n'ait pas, toujours, un équilibre là-dessus, que dans certains l'un ou l'autre peut dominer l'autre, mais cet accompagnement de la crainte et de l'espoir ( l'affection), est un fait irréversible. Cependant, nous pouvoir en ignorer l'effet dans notre vie. L'espoir et l'affection renforcent notre dynamisme dans nos affaires quotidiennes et même dans les grandes œuvres que nous envisageons d'effectuer. Et la peur et la crainte nous amènent à prendre des précautions, à faire d'assiduité et de précision, à évaluer et à meusurer les conséquences de ce que nous vouloir du travail que nous entendons accomplir. S'il n'y avait pas que de l'espoir et de de l'affection auprès de l'homme, il abdonnerait la précaution, ce qui aboutirait, rapidement à sa perte, et s'il n'y avait pas que la peur, l'homme se retiendrait, par crainte, de faire la moindre chose, ce qui aboutirait, aussi, à sa perte. Or, il n'est pas étonnant d'exprimer, en même temps, la crainte et l'espoir et l'affection envers Dieu le Tout-Puissant, c'est plutôt le contraire de cela qui est étonnant, car il montre notre négligence pour connaitre, nous même et nos états.

Il est à expliquer que le niveau de la crainte, de l'espoir, et de l'affection des gens envers Dieu se varie et se diffère par rapport au niveau de la connaissance qu'ils ont des attributs de Dieu qui expriment Son Pouvoir, Sa Grandeur, Sa Miséricorde, Sa grâce, et Sa Clémence et aussi par rapport au niveau de leurs connaissances religieuses et au bilan de leur passé ainsi qu'en fonction de la certitude ou l'incertitude qu'ils ont quant à leur avenir. La peur et la crainte l'emportent sur l'espoir et l'affection auprès de ceux qui ourespassé les ordres de Dieu et ont commis dans le passé des péchés. Et c'est exactement le contraire qui se produit auprès de ceux qui, fascinés par la Miséricorde, la Grâce, la Clémence de Dieu, se sont fait accorder, dans le passé les bienfaits de Dieu. Ce sont, en fait, ceux qui ont fait preuve, dans le passé, preuve de prudence et de précuation, et n'ont pas commis des péchés, et même s'ils se sont glissés dans les péchés, ils s'en sont par la porte de Tawba ( se repentir et revenir à Dieu en renonçant au péché). Ceci étant dit, il faut indiquer que la crainte et l'affection, exprimée par les gens résultent du fait qu'ils cherchèent, par nature et instinct, à obtenir l'intérêt et éliminer le préjudice; en d'autres termes, les gens expriment l'affection et l'espoir envers Dieu par crainte du chatiment dans l'au-delà et de la privation des bienfaits dans le monde d'ici-bas et l'autre monde. Sont, donc, rares ceux qui sont fascinés par la les attributs de Dieu qui expriment Son Pouvoir, Sa Grandeur, Sa Miséricorde, Sa grâce, et Sa Clémence. A part les prophètes et les imams infaillibes ( bénis soient-ils), est infime le nombre de ceux qui ont atteint ce rang. Ce props le vénéré Imam Ali ( béni soit-il) dit : " Certains servent Dieu par peur du châtiment: C'est Le servir en esclave. D'autres le servent par désir de récompense : C'est Le servir en marchand. D'autres, enfin, L'ont trouvé digne d'être servi et L'ont, donc, servi pour cela : C'est Le servir en homme libre".

C'est pour cette raison que certains grands dignitaires disent que l'affection constitue l'un des fondements importants de l'enseingement et de l'éducation et de la formation, en Islam. Le noble coran, qui est la source de l'éducation et de la morale, considère l'affection comme l'axe des vertus morales. A ce propos, le vénéré Imam Ja'far Sadiq ( béni soit-il) dit : " Dieu a éduqué, par Son Affection, son messager". 2[1]

La question de faire craindre et d'encourager a été abordée, à maintes reprises, dans le nombre coran et dans les hadiths rapportés des gens de la Demeure prophétique ( que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur eux). Cela constitue " la solution finale" pour les gens faibles, tandis qu'il est " un prélude et un moyen" pour les gens moyens. Il s'agit d'un moyen qui comporte, à la fois, de la punition et de l'encouragement, afin que l'homme puisse trouver son chemin. 3[2] Donc, il ne faut pas s'étonner du mélange ou pour mieux dire de l'accompagnement de la crainte et de l'affection envers Dieu; au contraire cette crainte et cet espoir s'avèrent nécessaires pour l'éducation, la pefection et le progrès de l'homme. Car, l'homme se retient, par crainte de Dieu, de se plonger dans le bourbier des péchés et de susciter le courroux et le chatiment de Dieu. Ainsi, il fait preuve davatage de modestie et de soumission vis-à-vis de Dieu, le Tout-Puissant. Et par l'affection qu'il éprouve envers Dieu, l'homme redoulbkle d'éfforts pour se faire accorder, la grâce, la miséricorde et les bienfaits de Très-Haut. En effet, cet accompagnement de la crainte et de l'espoir permet à l'homme de s'acquitter de ses obligations, et ce en dotant des vertus et en évitant de commettre des péchés, pour ainsi atteindre le rand qui lui est dû, c'est-à-dire le représentant de Dieu sur terre. Dans le noble coran, nous lisons " Ceux qui croient ( au Prophète Mohammad) et ( ceux qui étaient), Juifs, Chrétiens ou Sébéens, ceux qui ont cru en Dieu et au jour dernier et œuvré dans le bien, ont leur salaire auprès de leur Seigneur; ils n'auront rien à craindre et ne seront pas attistés." Si, ceux qui avaient reçu l'Ecriture, avaient la croyance et la piété, Nous aurions effacé leurs méfaits et les ferions entrer aux Jardins pleins de bienfaits". 4[3] La crainte débouhe sur la désespoir, la dépression, la déception, l'abandon de Tawba ( le retour à Dieu), l'enfoncement dans les vices et les péchés, et enfin de compte,  sur l'embaras des difficultés et les problèmes dans le monde d'ici-bas et dans le monde de l'au-delà. L'affection, à elle seule, aussi pousse à commettre des péchés et des vices dans l'espoir d'être pardonné par la grâce de Dieu. Dans Dua-e-Arafa (l'invocation de " Arafa"); le vénéré Imam Hossein ( béni soit-il), dit : " Que devienne aveugle l'œil qui te ne voit pas veiller sur lui, et pedra tout son capital celui à qui Tu n'a pas accordé Ta grâce". Donc, on récolte du fruit de cet accompagnement de cette crainte et de cet espoir dans l'au-delà où seront heureux ceux qui ont gardé un équilibre entre la crainte et l'espoir, pour ne pas s'enfoncer dans les péchés et ne pas se laisser tromper par les fascinations et les attirences trompeuses du monde d'ici bas et qui se font fait, ainsi, une provision pour l'autre monde. Pour plus d'information, consultez les livres portant sur la morale où sont abordés des thèmes tels que " la crainte et l'Espérance", " l'affection" et " Velayat". On peut en mentionner quelques exemples :

1-     " Les étapes de la morale dans le Coran", Ayatollah Javadi Amoli, p.p 279-340.

2-     "Le Commentaire des 40 hadiths" l'Imam Khomeiny ( que sa demeure soit au paradis), pp 221-233 et 481-484.

3-     " La morale dans le coran", Mohammad Taghi Mesbah Yazdi, le débat sur la crainte et l'espérance.



[1] Behar al-Anwar, tome 17, p. 3.  

[2] Abdollah Javadi Amoli, " les étapes de la morale dans le coran, pp. 330-332.

[3] La sainte sourante 2 ( la vache), le verset 62 et la sainte sourate 5 " la Nourriture céleste), emprunté de la réponse fournie à la question 64.

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire