Recherche avancée
visiter
3985
Date de mise à jour: 2011/11/16
Condensé de la question
Retracez la vie morale de l'imam Sadjad (as).
Question
Retracez la vie l'imam Sadjad (as) avant et après son imamat, plus particulièrement lors de l'évènement de Karbala
Résumé de la réponse

 Le quatrième guide était un homme accomplit, distingué et élu par Dieu. Il était un exemple palpable de perfection en ce qui concerne la morale, l'adoration et la science. C'était le symbole parfait du coran et le reflet du messager de Dieu (ç). Durant la période sombre du régime omeyade pendant laquelle les valeurs humaines et les mérites morales s'étaient pratiquement éteintes, l'imam brillait tel un soleil et toute sa vie traduisait les qualités, les vertus et les valeurs oubliées. Nous apportons ici quelques exemples de qualités et de vertus de perfection morale dans la vie de l'imam tout comme le modèle qu'il reflète pour l'ensemble de l'humanité:

1- La dévotion et l'adoration du quatrième imam auprès de Dieu étaient si brillantes qu'il fut surnommé le maître des adorateurs et celui qui se prosterne beaucoup.

2- Parmi les autres vertus du quatrième guide, on peut citer sa clémence et l’art de réagir face au mal par le bien.

3- L'imam était particulièrement réputé pour sa générosité car il faisait des dons aux besogneux et apportait des solutions à leurs problèmes. Des qualités qu'on retrouve d'ailleurs chez tous les imams infaillibles (as).

4- A l'image de tous les autres imams, le quatrième imam était un homme brave et ne fermait jamais les yeux face à l'injustice. Les prises de position et les propos virulents de l'imam face aux tyrans et aux pervers tels que Obeidoullah, Yazid et Abdoul Malik sont les meilleures preuves de bravoure de ce grand homme. Plus particulièrement lors des évènements qui se sont produits après le massacre de Karbala et pendant l'imamat du quatrième successeur du prophète (ç). La vie morale, les qualités et les vertus des Ahl-Ul-bayt sont les meilleures et sans pareilles. Cette manière de vie ne se limite pas uniquement à une seule époque de leur vie, mais chaque instant de leur existence reflète le bon comportement. Toutefois, cette attitude et ces qualités dépendaient également du contexte, du lieu, des personnes et des différents évènements qui se présentaient.

Réponse détaillée

Le quatrième guide était un homme accompli, distingué et élu par Dieu. Il était un exemple palpable de perfection en ce qui concerne la morale, l'adoration et la science. C'était le symbole parfait du coran et le reflet du messager de Dieu (as). Durant la période sombre du régime omeyade pendant laquelle les valeurs humaines et les mérites morales s'étaient pratiquement éteintes, l'imam brillait tel un soleil et toute sa vie traduisait les qualités, les vertus et les valeurs oubliées. L'imam brillait par son ascétisme, sa simplicité, son humilité, sa modestie, son altruisme et sa clémence, il était le contraire de ceux qui se considéraient comme les successeurs du prophète (ç) et qui brillait dans l'amour du bas monde, l'aristocratie, l'embellissement, la complaisance et l'orgueil.[1]

Mohammad ibn Talha Shafihi écrit : « l'imam était la parure des adorateurs, le guide des dévoués, le maitre des pieux et l'imam des croyants. Sa vie prouve effectivement qu'il est le fils pieux du messager de Dieu et sa personnalité traduit le rang rapproché qu'il occupe auprès de Dieu…"[2] nous illuminons ces propos avec quelques exemples des qualités et des valeurs morales de l'imam durant toute sa vie, un ensemble qui montre qu'il était le plus parfait des hommes et un modèle pour toute l'humanité:

1- La dévotion et l'adoration étaient si brillantes auprès de Dieu qu'il était surnommé le maitre des adorateurs et celui qui se prosterne beaucoup, tellement il se prosternait qu'une croûte s'était formée sur son front. Il enlevait cette croûte deux fois par an et chaque fois, il la taillait cinq fois avant qu'elle ne disparaisse. C'est pour cette raison qu'on l'avait surnommé l'homme avec le front en croûte (Dhoul Safanât).[3]

La couleur de son visage changeait lorsqu’il faisait l'ablution. Quand on lui posa des questions concernant cela, il répondit : « Sais-tu face à qui je m'apprête pour me tenir ? »[4] Expliquant la raison pour laquelle son père a été surnommé Sadjad, l'imam Baqir (as) dit : « on l'avait surnommé Sadjad parce qu'il ne se  rappelait jamais d'un bienfait de Dieu sans se prosterner, il ne passait jamais un verset coranique parlant de la prosternation obligatoire ou recommandée sans se prosterner; chaque fois que Dieu éloignait de lui un danger ou une situation troublante, il se prosternait, il ne quittait jamais une prière obligatoire sans se prosterner, chaque fois qu'il réconciliait deux personnes il se prosternait ( et à force de se prosterner, son front avait carrément pris la marque de la prosternation) »[5]

2- L'imam était particulièrement réputé pour sa clémence, son sens du pardon et son attitude qui consistait à répondre au mal par le bien. Il rappelle ainsi ses attitudes personnelles : « il n'existe de coupe plus adorable pour moi à avaler que celle de la colère qui motive à la vengeance (avaler la colère est pour moi la meilleure des boissons) »[6] Un Hachimite avait offensé l'imam. Il n'avait rien dit. Lorsque cet homme s'en alla l'imam dit aux personnes présentes : « avez-vous entendu ce que cet homme a dit, j'aimerai que vous soyez ensemble avec moi afin que nous nous rendons auprès de lui, ainsi vous entendrez ma réponse. L'imam se mit en route et prononça ce verset : « les pieux sont ceux qui…avalent leur colère et pardonnent les erreurs des gens; et Dieu aime ceux qui font du bien »[7] Il arriva devant le domicile du monsieur qui croyait que l'imam était venu se venger, ainsi il se préparait déjà à réagir à l'offensive de ce dernier. L'imam luit dit : « ô frère il y a un moment tu es venu auprès de moi et tu as tenu des propos, si ce que tu as dit est en moi, que Dieu me pardonne et si cela n'est pas en moi, que Dieu te pardonne. Le monsieur a éprouvé de la honte face à la réaction de l'imam il embrassa le front de l'imam tout en disant : « ce que j'avais dit n'est aucunement en toi, c'est moi-même qui suis mauvais »[8]

3- Le don aux besogneux et la résolution des besoins des dépourvus sont des qualités qu'on note chez tous les imams, on remarque cette attitude dans la vie de chacun d'eux. L'imam Sadjad (as) donnait de quoi manger à un bon nombre de familles.[9] Chaque soir, il allait de porte en porte avec un sac plein de pains et de dattes et les distribuaient sans dévoiler son identité. Aussi longtemps que l'imam vivait, personne ne savait qui était la personne qui leur apportait de l'aide et leur permettait de vivre. C'est après sa mort que les gens avaient su que cette personne inconnue n'était rien d'autre qu’Ali ibn Hossein (as).[10]

L'imam ne mangeait jamais quelque chose sans donner son équivalent en aumône. Il disait : « on ne peut se dire réellement bienfaiteur que lorsqu'on donne pour la cause de Dieu ce qu'on aime beaucoup »[11] [12] il avait une méthode particulière de faire l'aumône. Avant de faire le don à un besogneux, il l'embrassait d'abord. Lorsqu'on lui demanda pourquoi est-ce qu'il agissait de la sorte, il répondit : « ce n'est pas la main de celui qui demande que j'embrasse mais la main de Dieu, avant que l'aumône ne parvienne dans les mains de celui qui demande, cela est déjà parvenu auprès de Dieu ».[13] L'imam avait également une autre attitude lorsqu'il faisait l'aumône, il dit : « l'aumône discret éteint le feu de la colère de Dieu »[14]

4- Tout comme les autres imams infaillibles, l'imam Sadjad (as) était particulièrement courageux, brave et ne cautionnait jamais l'injustice. Ses prises de position et ses propos virulents face aux tyrans et aux pervers tels que: Obeidoullah, Yazid et Abdoul Malik sont les meilleurs témoignages de bravoure dans sa vie, plus particulièrement après l'évènement de Karbala et durant son imamat. Face à Obeidoullah qui menaçait de le tuer, l'imam dit : « es-tu en train de me faire les menaces de mort ? Ne sait-tu pas qu’être tué pour la cause de Dieu est notre style et que le martyr est source d’honneur pour nous ? »[15]

L'imam dit ceci face à Yazid : « ö fils de Mouawiyya, de Hind et de Sahr! Sait-tu que mon grand père Ali ibn Abou Talib était le porte drapeau de l'islam de jour de Badr, de Ouhoud et de Ahzab alors que ton et ton grand-père étaient le potre drapeau de la mécréance"[16]

Face à Abdoul Malik qui avait convoqué l'imam et lui dit : « à ce que je sache ce n'est pas moi qui ai tué ton père, alors pourquoi ne nous fréquentes–tu pas ? L'imam répondit : « quand bien même l'assassin de mon père a écourté sa vie ici-bas, celui qui l'a assassiné a totalement détruit sa propre vie ici bas et dans l'au-delà. Si tu aimerais être comme lui, vas-y »[17]

Il faut être doté d'un courage et d'une bravoure pour être aussi virulent et sévère face à des dirigeants oppresseurs et tyrans dans leurs propres palais.

En plus du discours chaud de l'imam dans le palais de Yazid (dans lequel les crimes, les exactions et la corruption de l'appareil gouvernemental omeyade sont dévoilés), ses réactions face à Yazid traduisent également sa détermination et son courage.

En conclusion, la vie morale et les qualités vertueuses des Ahl-Ul-bayt (as) sont les meilleures et incomparables. Cette attitude ne se limite pas uniquement à une période de leur vie. Chaque moment de leur vie est marqué par cette manière de se comporter, cet esprit et ce sens de la perfection dépendent également du contexte, du lieu et des différents évènements. Face aux faibles et aux opprimés de la société, les imams font preuve d'assistance, d'affection et de pardon, mais face aux tyrans et aux oppresseurs ils déploient toute leur bravoure et ne mâchent pas les mots pour faire valoir la vérité et le droit des opprimés.



[1]- Histoire de l'islam à l'époque des imams, imam Sadjad et imam Baqir, auteur Ali Rafihi, page 17-21, Centre de recherches islamiques 1376 hégire solaire.

[2]- Matalibul Souhoul, Mohammad ibn Talha Shafihi, page 77, Extrait de Histoire de l'islam à l'époque des imams Sadjad et Baqir écrit par Ali Rafihi.

[3]- Ilalou charahi, Sheikh Sadouq, vol 1, page 233

[4]- id, page 233

[5]- id, page 233

[6] - Ousoul Kafi, vol 2, page 109

[7]- Sourate Aali Imran: 134

[8]- Irchad, Sheikh Moufid, vol 2, page 146

[9]- Le nombre de famille sous la responsabilité de l'imam Sadjad ressortent dans un hadith de l'imam Baqir; Manakib ibn Shari Achoub, vol 4, page 154  

[10]- Irchad, Sheikh Moufid, page 258, Extrait de Histoire de l'islam à l'époque des imams Sadjad et Baqir écrit par Ali Rafihi

[11]- Sourate Aali Imran: 92

[12]- Behar Ul anouar, Allamah Mohammad Baqir Majelisi, vol 46, page 89

[13]- id, page 74

[14] - Behar Ul anouar, vol 46, page 88

[15]- Ayan Ul shia, vol 1, page 633

[16]- id

[17]- Behar Ul anouar, vol 46, page 121

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire