Recherche avancée
visiter
24404
Date de mise à jour: 2008/06/14
Condensé de la question
Pourquoi la prière doit être faite en langue arabe ?
Question
Pourquoi est ce que la prière doit être faite en langue arabe ? Et si nous la lisons en persan quel est le problème ?
Résumé de la réponse

Pour rendre la réponse plus évidente, nous devons d’abord préciser ce que vous voulez par là dire dans votre question. Si vous voulez dire dans votre question qu’on peut à la place de l’arabe trouver d’autres langues pour accomplir la prière, cette question également se posera pour les gens qui ne connaissent pas cette langue et si par contre vous voulez dire pourquoi est ce qu’on doit seulement prier en arabe, et pourquoi est ce que chacun ne peut pas prier dans sa langue maternelle ou sa langue locale, nous attirons votre attention sur ces quelques points :

Premier point : on peut dire que les raisons les plus importantes raisons pour lesquelles la prière doit être faite en langue arabe après que cela ait été instituée comme une tradition du prophète (ç) et un acte d’adoration bien précis (c’est-à-dire) qui doit être accompli exactement sous la forme que Dieu l’a déterminée) on peut évoquer la nécessité de préserver la prière tout au long des siècles sans qu’il n’y ait ni de diminution ni d’ajout. Si chacun priait dans sa langue locale ou dans son dialecte, il y aurait des possibilités que beaucoup de choses y soient enlevées que ce soit en termes des mots ou alors que certaines choses y soient modifiées ou mélangées avec des superstitions non fondées. Et sûrement toutes ces modifications aurait risqué affecter d’autres actes obligatoires plus particulièrement les différents de la prière. La prière alors aurait du perdre sa valeur et serait confinée aux oubliettes.

Donc il est alors évident que pour permettre à quelque chose de rester intact et éternelle durant toute l’histoire, il lui faut des critères et des normes inchangeables et inaltérables comme par exemple la quantité, le milimètrage, le centimètrage, ou alors le métrage en ce qui concerne les unités de mesure de poids de longueur et de capacité. Ce sont des critères inchangeables que nous appliquons jusqu’à nos jours ; en ce qui concerne la prière, nous avons ce que appelle les obligations et les piliers qui font partie des critères immuables et l’une de ces critères est qu’elle doit être faite en arabe c’est-à-dire les choses qu’on lit dans la prière doivent être en arabe.

Deuxième point : L’islam est une religion universelle et son désir est que pour tous les musulmans regardent dans la même direction et se retrouvent dans un même rang. Former une telle société sans une langue unique grâce à laquelle tout le monde peut se comprendre est impossible. Et la langue arabe comme le confesse les gens du domaine est la langue la plus complète et la plus exhaustive parmi toutes les langues du monde. Raison pour laquelle elle se présente comme une langue internationale et la langue de prière de tous les musulmans, le code de l’unité, le symbole de la solidarité entre les musulmans. Ce principe apparait également dans les préceptes d’ordre islamique tel que regarder par exemple vers la même direction lorsqu’on prie…

Troisième point : il peut être arrivé que quelqu’un se dise contraindre les gens ne maitrisant pas l’arabe à apprendre cette langue parce qu’il faut prier avec se présente comme une forme de difficulté pour eux bref d’après ces gens ça peut être comme injustice. En guise de réponse, on peut dire : nous constatons que pour résoudre leurs problèmes et leurs besoins quotidiens, les gens assimilent de dizaines voir des centaines d’expression venant des langues étrangères et ils les utilisent. Or en ce qui concerne la prière, les mots à retenir dans l’ensemble des mots éxigés (en supprimant les mots qui se répètent) sont presqu’au nombre de vingt et cela n’est pas difficile. Par ailleurs, la signification apparente et superficielle des termes qu’on utilise dans la prière est facile et out le monde peut le comprendre. Bismillah rahmani rahim par exemple est un terme très facile à comprendre en apparence et aussi et à apprendre. Même malgré le fait que ce Bismillah rahmani rahim porte également un sens profond et trop étendue.

Quatrième point : selon les experts en langue, la langue arabe est la langue la plus complète du monde et on peut utiliser ses termes et ses expressions de manière étendue profonde tout comme on peut les utiliser dans des belles phrases et des phrases courtes aussi.[1]

Cinquième point : en ce qui concerne les zikr, ce n’est pas dans toute disposition ou dans tout acte d’adoration qu’il faut impérativement utiliser l’arabe. Par exemple, certains savants estiment qu’il n’est pas nécessaire que la formule  consacrée au mariage soit forcément prononcée en arabe[2]. Certains savants à l’exemple de l’imam Khomeiny dit à ce sujet : « si le sujet ne peut pas prononcer lui la formule en arabe, et même s’il peut prendre un représentant, il est permis de prononcer la formule de consécration du mariage dans une autre langue.[3] Par exemple il n’est pas impératif que les invocations et les douas soient prononcés en arabe. En dehors du cas de la prière, l’être peut s’entretenir avec son Dieu dans n’importe quelle langue. Selon les fatwas de beaucoup de guides religieux en dehors de zikr obligatoire et particulier en dehors de la prière, on peut lire certaines choses dans une autre langue que l’arabe.[4] Certes ce qu’on a dit ne signifie pas que les musulmans n’accordent pas d’attention au contenu des zikr qu’on prononce dans la prière…En effet, il est nécessaire que tout musulman comprenne le sens et la signification de la prière et des invocations afin qu’il réalise ce qu’il réalise ce qu’il avec son Dieu. C’est dans ce sens que ses actes ne paraitront pas creux sans âme et lorsqu’il priera et comprendra ce qu’il est en train de dire dans sa prière, il aura l’impression que cela est en train de s’envoler vers l’éternel.[5]

 


[1] - Al Mizane, vol 4, page 160; Tafsir Nemouneh, vol 9, page 300 et vol 13, page 311.

[2] - Mo’allalaqat, Guerami, vol 4, page 645.

[3] - Ourwat ul ouska, Sayyed Mohammad Kazim Yazdi, vol 2, annotation de la page 645.

[4] - Tawzih ul Masa’el ul maraji, vol 1, page 62.

[5] - Extrait du  thème numéro 407 du site 423.

 

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire