visiter
5244
Date de mise à jour: 2011/03/05
Condensé de la question
l’avalement des crachats et pituite, entrave-t-il le jeune du mois béni de Ramadan ?
Question
Durant le mois béni de Ramadan, lorsque je pleure, il m’arrive d’avaler mes crachats et pituite qui traversent ma gorge et se dirigent dans mon estomac. Et lorsque j’essaie de m’en empêcher en me mouchant dans un mouchoir, je sens avoir la nausée. Que puis-je faire pour que cette situation n’invalide mon jeûne lorsque je pleure en invoquant Dieu ?
Résumé de la réponse

Selon les affirmations des grandes sources d’imitation, l’avalement des crachats et pituite n’entravent pas le jeûne du mois béni de Ramadan et ne l’invalide pas à condition qu’ils n’atteignent pas la bouche. Au contraire s’ils atteignent la bouche, d’après certaines sources d’imitation, cela invalide le jeûne. Selon le point de vue d’un certain nombre de sources d’imitation, une telle situation appelle à observer une précaution obligatoire et d’autres invoquent une précaution recommandée quant à l’avalement des crachats et pituite.[1]  

Par conséquent, si vous êtes contraint de l’avalé et que vous n’avez pas d’autres choix, vous devriez alors, le faire avant qu’ils n’arrivent dans votre bouche. Mais dans le cas où les crachats et pituite atteignent votre bouche, si le point de vue de la source d’imitation que vous suivez consiste à dire que cela invalide le jeûne, vous ne devriez pas les avaler. Si, la source d’imitation que vous imitez recommande une précaution obligatoire pour une telle situation, vous pouvez soit prenez vos précautions, et dans ce cas là aussi vous ne devez pas avaler vos crachats et pituite, soit, en respectant le rang scientifique de votre source d’imitation, vous pouvez pour ce sujet précis, suivre les recommandations d’une source d’imitation qui conseille une précaution recommandée (comme l’Ayatollah Sistani et l’Ayatollah Zanjani) et dans ce cas, vous ne verrez pas votre jeûne du mois béni de Ramadan, invalidé par ce problème.

Remarque et explication supplémentaire: A titre d’exemple, si vous obéissez à une source d’imitation (Faghih) qui pour le cas d’espèce recommande une précaution obligatoire, vous avez le choix (pour ce cas précis) vous référer à une autre source d’imitation. Toutefois, si après avoir mené votre recherche, vous trouvez une source d’imitation dont le rang scientifique vient après celui de la source d’imitation à laquelle vous vous référez habituellement, et que celle-ci aussi, affirme qu’il ne faut pas avaler les crachats et pituite, alors, vous ne pouvez pas, ici, aller chercher ainsi de suite, une troisième source d’imitation qui elle se prononce pour la précaution recommandée. En effet, si une source d’imitation donne une fatwa sur la précaution recommandée et dont le rang scientifique vient après la source d’imitation à laquelle vous vous référez habituellement, vous pouvez à la fois imiter cette source d’imitation et respecter la précaution obligation préconisée par votre propre source d’imitation.

Mais si deux sources d’imitations (Faghih)  sont au même rang scientifique, et se placent après la source d’imitation à laquelle vous vous référez habituellement, et que l’une d’entre elles émet une fatwa n’autorisant pas l’avalement des crachats et pituite et l’autre émet une fatwa appelant à la précaution recommandée, vous avez le choix de vous référer à l’une ou à l’autre.


[1] - Tozih ol Massael des sources d’imitation, Tome 1, p.894, questions n° 1579 et 1580 ; Ojoubat ul-Esteftaat (traduction en persan), p.177 et 178, question n°799.

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire