Recherche avancée
visiter
4081
Date de mise à jour: 2011/06/11
Condensé de la question
Je doute si j’accomplis ou pas d’une manière juste et correcte la prière. Pourriez-vous m’apprendre à accomplir d’une manière juste et correcte la prière ? J’avais un peu de la honte de poser cette question à quelqu’un d’autre ? Je vous prie, s’il vous plait, de répondre à ma question, le plus rapidement possible ?
Question
Je doute si j’accomplis ou pas d’une manière juste et correcte la prière. Pourriez-vous m’apprendre à accomplir d’une manière juste et correcte la prière ? J’avais un peu de la honte de poser cette question à quelqu’un d’autre ? Je vous prie, s’il vous plait, de répondre à ma question, le plus rapidement possible ?
Résumé de la réponse
Cette question n'a pas une réponse détaillée.
Réponse détaillée

Avant de répondre à cette question, nous jugeons nécessaire de vous dire qu’il ne faut pas avoir la honte de poser la question sur ce que l’on ignore, car poser la question constitue, en fait, l’un des degrés de la perfection ; car c’est l’homme qui pose des questions, qui est en quête de la vérité, ainsi que de l’acquisition de la science et de la connaissance. En effet, c’est en posant des questions, et en faisant des interrogations que l’homme parvient à découvrir la vérité. C’est une méthode à laquelle ont eu d’ailleurs, recours, les savants et les fidèles qui se réjouissant de voir les gens poser des questions sur les croyances religieuses. Ils accueillaient à bras ouvert ces gens, se comportaient, très gentiment, avec eux et répondre, à leurs questions. Le noble coran aussi invité l’homme à poser des questions pour acquérir la connaissance. «  Nous n’avons envoyé, avant toi, que des hommes à qui Nous avions fait révélation. Demandez, donc, aux gens qui se rappellent, si vous ne savez pas ». 1[1] Or, ce n’est pas un défaut de demander aux autres pour savoir ce que l’on ignore. Au contraire, c’est qui est un défaut, c’est de ne pas poser une question pour connaitre ce que l’on ne sait pas. L’homme intelligent doit l’éviter. Et pour revenir à la question que vous avez posée, il faut indiquer que chaque individu doit accomplir 5 prières quotidiennes obligatoires (Wadjib). Ces 5 prières obligatoires quotidiennes se composent de :

1-             La prière de l’aube (2  rak'ats). Elle doit être accomplie entre l’aube (Soubhou Sadiq) et le lever du soleil.

2-             La prière du midi (4 rak'ats), la prière de l’après-midi (4 rak'ats.

Pour celui qui est en voyage, ces prières seront réduites à moitié, autrement un voyageur doit accomplir deux rak'ats de la prière du midi et rak'ats de la prière de l’après-midi. L’heure de l’accomplissement de ces prières se limite au zénith du midi jusqu’au coucher du soleil.

3-             La prière du crépuscule (3 rak'ats). Le nombre des rak'ats ne se varie pas, comme c’est le cas des prières du midi et de l’après qui sont réduites à moitié lors du voyage. En d’autres termes, il faut, dans toutes les circonstances, s’acquitter de trois rak'ats de la prière, pour la prière du crépuscule. Cette prière est à accomplir un quart d’heure après le coucher du soleil avant minuit.

4-             La prière d’'Ishà : Une prière de quatre rak'ats à accomplir après la prière du crépuscule(Maghrib), jusqu'avant minuit.

 Pour un voyageur, les prières de Zohr (midi), d’Assr (après-midi) et ‘Ishà  seront réduit à deux unités au lieu de quatre. Si l’homme n’arrive pas à accomplir, pout n’importe quelle raison, l’une des prières, il doit la récupérer, plus tard. A titre d’exemple, si l’homme n’arrive pas à s’acquitter de la prière de l’aube, il peut l’a récupérer, dans l’après-midi, ou dans la nuit. Nous venons d’évoquer les 5 prières quotidiennes obligatoires. Maintenant, nous allons expliquer le déroulement de la prière de la prière, en d’autres termes, nous allons expliquer la méthode de l’accomplissement de la prière. Pour faire la prière, il faut que l’homme se purifie, et pour ce faire, il lui est obligatoire de faire ses ablutions mineur(Woudhou), majeur (ghoussl) ; 2, [2]ou le Tayammun (l’ablution sèche).

Il fait faire l’ablution (Woudhou) de la manière suivante :

1 : Faire le nyat (l’intention).

2 : Laver le visage (deux fois maximum) du cuir chevelu au bout du menton. Il faut se laver le visage avec l’eau pure et licite (non usurpée).

3 : Laver le bras droit, puis le bras gauche : du coude au bout des doigts dans le sens descendant. Maximum deux fois. Puis, il faut essuyer (massà de la tête), Avec la main droite, le haut de la tête, de la moitié jusqu'au front, une fois maximum dans le sens vers l'avant. Ensuite, il faut Essuyer (massà des pieds) le "dessus" du pied droit avec la main droite, du bout de l'orteil jusqu'au montant, une fois maximum ; et essuyer de la même façon le "dessus" du pied gauche avec la main gauche. Avant de commencer à accomplir la prière, le fidèle doit, également, se purifier de toutes les choses impures ( Nijassat, l’urine, les excréments, le sang…). Les vêtements du fidèle aussi doivent être propres. Une fois ces préparatifs effectués, le fidèle se met à faire la prière.

Le déroulement de la prière.

1-             La prière de l’aube : il recommandé que le fidèle récitent, avant le début des prières quotidiennes obligatoires, l’Adhan (appel à la prière) et l’Iqamah et ce dans toutes les circonstances.

L’adhan :

L’adhan est composé de 18 mots :

Allàho Akba (Dieu est le plus grand) :4 fois

 Ash hadou'ann là ilàha illallàh ((J'atteste qu'il n'y a pas de dieu sauf Allàh) : 2 fois

 

 

 Ash hadou 'ann Mohammadour rassouloullàh ((J'atteste que Mohammad est l'envoyé d'Allàh) :   2 fois

Ash hadou 'ann Amiroul mo'minine 'Alîyoun walyioullàh ((J'atteste que 'Alî est le vicegérant d'Allàh) : 2 fois

 Haya 'alàs s:alàt  ((Venez accomplir la prière) : 2 fois

 Haya 'alàl falàh (Venez accourir à la salvation) : 2fois

 Haya 'alà khayril 'amal ((Venez accomplir la meilleure des actes) : 2fois

 Allàho akbar : (2 fois

Là ilàha illallàh  (Il n'y a de pas dieu sauf Allàh) : 2 fois

Remarque : Ash hadou 'ann Amiroul mo'minine 'Alîyoun walyioullàh ((J'atteste que 'Alî est le vicegérant d'Allàh)  ne fait partie de l’adhan et de l’Iqamah, il est mieux de le réciter avec le nyat du rapprochement. 3 [3]

L’Iqamah :

L’Iqama est composé de 17 mots. Autrement dit, par rapport à l’adhan, il y a deux « Allàho Akba (Dieu est le plus grand) », et un Là ilàha illallàh (Il n'y a de pas dieu sauf Allàh) » de moins. Et après la récitation de « Haya 'alà khayril 'amal ((Venez accomplir la meilleure des actes) », il faut réciter, deux fois « Haya 'alàs s:alàt (Venez accomplir la prière).

 La méthode de faire la prière de l’aube :

1-             Le fidèle doit se tenir debout en face de la qiblà, et ensuite il faut formuler l’intention (le Nyat) pour rapprochement avec Dieu.

2-             Le fidèle doit réciter « Takbiratoul ihràm », à savoir,  dire à haute voix "Allàho Akbar".

3-             Après le takbiratoul ihràm, le fidèle entre, directement, dans la prière. Il doit rester debout et le plus immobile possible (Qyàm) et réciter, tout d’abord, la sourate Fatiha (la prologue). Et après cette sourate, il peut réciter, comme il le souhaite, soit la sourate Al’ikhlâs «  la Pureté », soit la sourate Al’asr «  le Temps »,  soit la sourate   Alkawthar  (La Profusion), ou tout autre sourate du noble coran. 4[4] Si quelqu’un ne connait pas par cœur les sourates susmentionnées, il peut les écrire sur un papier, ou il peut les réciter en se servant du noble coran.

4-             Après la récitation de la sourate Fatiha ( la prologue), suivie de la sourate  Al’ikhlâs «  la Pureté » et de toute autre sourate du noble coran, le fidèle doit procéder à l’inclinaison, autrement doit aller  au Roukou. Il faut s’incliner, en posant les mains sur les genoux et réciter ensuite l’invocation suivante : « Soubhàna rabbiyal ‘azimi wa bihamdi » (  (Louange et Gloire à Dieu, le Très-Grand), ou il peut réciter, trois fois, «  Louange à Dieu ».

5-               Se relever du Roukou,  rester immobile et dire: « Sami allàhou liman hamidah » (Allàh entend les prières qui Lui sont adressées).

6-             Après, il faut aller au Sidjdà, à savoir, procéder à la Prosternation. Pendant le Sidjdà, le front doit être sur un Mohr (ou un objet sur lequel le Sidjdà est valide, comme par exemple, la terre, la pierre, le papier, c'est-à-dire, ce qui émane de matière naturelle non comestible), outre le front, six autres parties du corps doivent être au sol, à savoir Les deux paumes de mains, les deux genoux et les deux grands orteils. Une fois, ces 7 parties du corps, posés sur la terre, le fidèle récité l’invocation suivante : « Soubhàna rabbiyal ‘àlà wa bihamdi » (Louange et Gloire à Dieu le Très-Haut). Il peut réciter, trois fois, «  Louange à Dieu », ou «  Dieu est le plus Grand ». Après avoir procédé à la Prosternation, à deux reprises, le fidèle se lève et fait le deuxième Rak’at, de la même manière que le premier Rak’at. Avant d’aller au Roukou du 2è Rak’at, on peut faire le Qounout, en disant, par l’invocation suivante : « Rabbanà àtina fid dounya hassanatann wa fîl àkhirati hassanatann waqina az:àbannàr » (Ô notre Dieu, accorde-nous le meilleur en ce monde et le meilleur dans l’au-delà et préserve-nous du feu de l’enfer). Ensuite, il va au Roukou, ensuite, au Sidjdà.

7-             Après avoir accompli ses deux Sidjdàs, le fidèle s’assoit pour dire le tasha’oud: «Ash-hadou ann là ilàha illallàho wahdahou là sharikalahou, wa ash-hadou ann Mohammadane ‘abdouhou wa rassoulouhou, allàhoumma salli ‘alà Moahmmadinw wa àli Mohammad’ ((Je témoigne qu’il n’y a pas d’autres dieux sauf Allàh et j’atteste que Mohammad est son serviteur et prophète. Ô Allah envoie tes salutations sur Mohammad et sa descendance). Après le tasha’oud, le fidèle doit récite le Salâme Final de la manière suivante :

Assalàmou ’alayka ayyohannabîyo wa rahamtoullàhi wa barakàtou (Que la paix soit sur vous ô prophète, et les bénédictions et la grâce), Assalàmou ‘alayna wa ‘alà ‘ibàdillàhis sàlihine, (Que la paix soit sur nous et les bons serviteurs d’Allah), Assalàmou ‘alaykoum wa rahmatoullàhi wa barakàtou (Que la paix et la bénédiction d’Allah soit sur vous les croyants).

 La prière du Crépuscule :

La prière du crépuscule est composé de trois Rak’ats. L’on fait les deux premiers Rak’ats, exactement, de la même manière que la prière de l’aube, sauf qu’après le tasha’oud et le Salâme final, le fidèle se relève pour faire le troisième Rak’at où on récite trois fois, le "Tasbihaté ‘Arbà, à savoir "Soubhanallàhi wal hamdou lillàhi wa là ilàha illallàhou wallàhou akbar » (Gloire à Dieu et Louange à dieu et il n’y a pas d’autres dieux sauf Dieu et Dieu est le plus grand). 5[5] Ensuite, le fidèle fait son Inclinaison, ses deux Prosternations, son Tasha’oud, et son Salâme final. Et c’est ainsi qu’il termine, d’une manière juste et correcte, la prière du Crépuscule. En ce qui concerne, les prières du Midi, de l’Après-midi et de l’Isha, l’on les deux premiers Rak’ats, exactement, comme la prière de l’aube et les deux derniers Rak’ats comme le troisième Rak’at, de la prière du crépuscule. Il est nécessaire de rappeler que le fidèle, s’il est un homme, il lui est obligatoire de réciter à voix basse, les sourates «  La prologue » et «  la Pureté », pour les prières du Midi et de l’Après-midi, mais, il doit les réciter à  voix haute, pour les prières de l’aube, du crépuscule et de l’Isha. Par contraire, si le fidèle est une femme, est libre de récite à voix haute ou basse, les sourates «  La prologue » et «  la Pureté », pour les prières de l’aube, du crépuscule et de l’Ish’a, 6[6] tandis qu’il lui est obligatoire de les réciter à voix basse pour les prières du Midi et de l’Après-midi. 7[7] Nous venons d’expliquer, succinctement, le déroulement des cinq prières quotidiennes obligatoires que chaque musulman doit accomplir, obligatoirement. Il vaut mieux de faire ces prières en assemblée.



[1]  La sourate 16; le verset 43.

[2]  Les sources d’imitation divergent sur fait de savoir si l’on peut accomplir les prières, uniquement, avec des Ghoussls Wadjib (obligatoires), ou l’on peut le faire, également, avec des Ghoussls Moustahab (recommandés). Sur ce point, chacun doit suivre l’avis de sa propre source d’imitation.

[3]  Les Rissalahs Amaliyah, la partie de l’Adhan et de l’Iqama.

[4]  Bien entendu, à l’exception des 4 sourates qui ont des Sidjdàs Wadjib (obligatoires).

[5]  Tharil ul-Wassilah, t. 1, p. 152, question 17.

[6] A condition que la personne étrangère n’entende pas sa voix.

[7]  Les Rissalahs Amaliyah, prescriptions de la prière, Tahrir ul-Wassilah, le livre portant sur le salat (la prière).

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire