Recherche avancée
visiter
6623
Date de mise à jour: 2013/03/05
Condensé de la question
Pourquoi certains gnostiques ont exposé leur niveaux dans la gnose tandis que d’autres l’ont empêché ?
Question
Nous constatons souvent entre les gnostiques deux comportements différents. Certains exposent leurs niveaux tandis que d’autres tels que Mahyâ Din Ibn Arabi refusent de développer leurs statut et les choses qu’ils ont vécu ? Finalement quelle méthode est juste, convenable et approuvée par les guides infaillibles ?
Résumé de la réponse
Un vrai gnostique est celui qui dans son statut n’éprouve aucun attachement par rapport au chose de ce bas monde. Toute forme d’attachement et d’expression de fierté est considérée dans le milieu comme une ingratitude. Et certains entreprend d’expliquer aux gens ce qu’ils ont vécu et les étapes qu’ils ont traversées, c’est uniquement pour remplir le devoir qu’ils ont de guider les autres et les imprégner des réalités des niveaux qu’on vit durant cette ascension spirituelle. Ils s’évertuent juste à présenter le rang que l’homme occupe auprès de Dieu, question de renforcer la foi des gens par rapport à l’invisible.
Donc, conformément au deux principes fondamentaux évoqués ci-dessus, il n’est pas permis de dissimuler une connaissance ou une science quand il faut la vulgariser. D’autre par, il n’est pas digne d’un gnostique d’exposer les étapes gnostiques vécues dans le but de se faire voir ou se vanter. Ici, c’est le vrai gnostique qui saura définir ce qu’il doit exposer et ce qu’il doit dissimuler. Raison pour laquelle il est très difficile de déterminer lequel est dans la vérité.
 
Réponse détaillée
GNOSTIQUES
Les gnostiques sont des hommes qui dans l’expression de la foi, la religion et la vérité ont atteint un niveau de vie morale qu’ils sont des reflets de Dieu placés aux cimes de la manifestation des attributs divins. Dans un hadith nous lisons : « Lorsqu’un homme se rapproche progressivement de Moi à travers les actes d’adoration qui ne lui sont pas obligatoires, il arrive à un point où mon affection particulière le couvre. Et comme je l’aime (je deviens toute son existence) l’oreille avec laquelle il entend c’est Moi, Je suis les yeux avec lesquels il regarde et J’incarne le moindre mouvement que sa main fait…»[1]
 Donc le gnostique en islam est celui qui représente Dieu. Avoir des comportements déplacés, des habitudes et dire des absurdités ne sont pas des critères d’identification d’un vrai gnostique. Connaitre aussi la gnose théorique uniquement n’a rien à voir avec la vraie gnose islamique.
DIFFERENCE DANS LE NIVEAUX DE LA GNOSE ISLAMIQUE
Se doter des attributs divins a des degrés. Donc les gnostiques en fonction des niveaux représentent certains ou l’ensemble des attributs de divins. Le gnostique Complet à l’image d’un imam infaillible détenteur de l’autorité divine générale devient l’incarnation du « Nom suprême de Dieu ». L’homme de nature est doté des potentialités susceptibles de le propulser à un tel rang après une vie de dévotion et d’adoration de Dieu.
Les imams infaillibles occupent le premier rang dans cette classification. En fonction de leur niveau d’initiation les gnostiques se classent chacun à un degré de l’échelon de la chaine de classification. Après les gnostiques viennent les saints, les adorateurs, les ascètes et les autres croyants et dévots en Dieu.
En ce qui concerne la suite des niveaux d’évolution et d’attributs gnostiques les grands comme Ibn Arabi ont présenté beaucoup d’explications donc la plupart sont mentionnées dans les traditions.[2].
Khidhr et Issah sont au sommet de ces niveaux et Mahdi l’attendu de toutes les nations occupe un rang plus élevé que le leur. Les autres gnostique dans leur position son connectés à ces êtres saints et sont considérés comme les compagnons de l’imam du temps à chaque époque et ils sont comme des perles qui entourent le soleil de la wilaya.
LE MESSAGE GNOSTIQUE
Les gnostiques ressentent différents états conformément à leur statut et l’illumination qu’ils ont dans l’âme. Par conséquent la voie qu’ils suivent ne sont pas identiques, bien que le principe reste le même et qu’ils s’inspirent de la même lumière.
Ainsi, certains gnostiques sont en relations avec des personnes particulières. A l’image de Khidhr et Issah qui sont occultes aux yeux de certaines personnes dans ce monde et visibles pour d’autres personnes ordinaires. Mais ce qui est certains est que le vrai gnostique quelle que soit sa position est porteur d’un message gnostique et il ne considère pas le salut du peuple en dehors de son salut personnel car tous les hommes sont crées d’une même source.
Situation environnementale et historique (le temps et l’espace)
Le temps et l’espace dans lesquels se trouve le gnostique influencent beaucoup dans son processus d’initiation et son action dans le milieu social. Le contexte a été plus approprié à certain moment de l’histoire pour exposer les données gnostiques. Ce qui a suscité l’engouement de beaucoup de personnes vers cette voie. Mais à d’autres époques le contexte a été moins favorable.
EXPLICATION DES NIVEAUX GNOSTIQUES
Un vrai gnostique se place dans une position où il est libre et détaché de tout bien et plaisir de ce bas monde. Il considère toute forme de vanité comme de l’ingratitude vis-à-vis de Dieu. Donc, s’il expose au gens une partie de sont expérience mystique, c’est juste dans le souci de guider les gens et accomplir l’engagement de ce message à travers lequel il présente la réalité de l’homme et le rang qu’il occupe auprès de Dieu. Une manière de renfoncer la foi des gens par rapport à l’invisible.
Si le prophète (ç), les Imams (as) et certains gnostiques ont exposé leurs niveaux, c’est juste pour imprégner les gens de ces notions et les aider à trouver le salut. S’ils n’avaient pas été chargés de ce messager, ils n’auraient pas dévoilé leur vie et leur rang gnostique. Ils n’auraient pas subi tous ces tourments. Dieu s’adresse ainsi à son messager : « Transmets le bienfait que ton Seigneur t’a gracieusement donné »[3] [4]
Ce bienfait n’est rien d’autre que la transmission du message dont le prophète avait été chargé.[5] Et expliquant son statut, l’imam Ali (as) cite ce verset de manière générale en guise de preuve pour cette affaire.
Selon ce verset, chaque gnostique est tenu d’exposé son expérience pour guider les gens. C’est dans ce sens que beaucoup de gnostiques expliquaient leur expérience aux autres, c’était parfois une obligation pour aider ceux qui se lançaient nouvellement dans l’initiation. On ne peut blâmer un gnostique dans ce domaine que lorsqu’il utilise son expérience pour se vanter ou épater les gens. Un vrai gnostique est dénué de ce genre de bassesse et se place bien au dessus de cette attitude qui trahit l’ignorance.
Dans la plupart des cas les Imams (as) et les gnostiques n’ont eu pour récompense que la haine des ignorants, la prison et la mort à la suite de l’accomplissement d’une telle mission. Donc, il est difficile de croire qu’ils ont couru un tel risque juste pour se vanter. Cette initiative a beaucoup contribué à éveiller les consciences.
C’est alors le gnostique qui doit déterminer la quantité de connaissance qu’il doit transmettre et ce qu’il doit dissimuler. On ne peut donc juger de manière absolue que stratégie est la bonne. La différence qu’on remarque dans la méthode des gnostiques découle de la variation des missions qu’ils ont à accomplir.
Il y a eu des gnostiques imposteurs qui avec de simples connaissances théoriques de la gnose se sont lancer dans une sorte de campagne essentiellement destinée à attirer l’attention des gens. Ils ont pu ainsi tromper les gens avec les absurdités, les farces et les fourberies. Par ailleurs d’autres ont dissimulé leur expérience dans le but d’avoir du confort et laisser les innovations et l’ignorance régner. Ces deux catégories de personnes ne sont pas concernées par notre sujet et elles ne sont considérées comme des gnostiques.
Pour en savoir plus consultez la question 11876 (site 11637)
 

[1] - Awâli al âli, vol 4, p 103, les editions Sayyed Ash-shouhadâ, Qom, 1405 hégire solaire.
[2] - Consultez la réponse de la question 8175 (site 8510)
[3] - Adh Dhohâ: 11
[4] - Réponse de la question 11876 (site 11637)
[5] - Behar ul anouar, Mohammad Baqir Majelisi, vol 18, p 193, institut al wafâ, beyrouth, 1404
Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire