Recherche avancée
visiter
3670
Date de mise à jour: 2012/03/05
Condensé de la question
Pourriez-vous expliquer, s’il vous plait, les droits réciproques du médecin et du patient dans l’optique de la Charia islamique ?
Question
Dieu, le Très-haut a préconisé des droits réciproques dans toute relation entre deux parties. Partant de là, quelles sont les droits réciproques que la Charia de l’Islam envisage pour le médecin et le patient ?
Résumé de la réponse

Les prescriptions se divisent deux catégories. A. Les prescriptions approbatives B. Les prescriptions mises au point.

Les prescriptions approbatives sont celles qui existaient avant l’Islam, et que cette religion les a approuvées, en y apportant certaines modifications ; comme de nombreux types de transactions, tandis que les prescriptions mises au point n’existaient pas avant l’Islam et qui sont, donc, du nombre des innovations de l’Islam.

Les droits réciproques entre des hommes ne sont pas propres à l’Islam ; car ils existent dans toutes les religions divines, et même dans certaines religions païennes.

L’homme est un individu social. Pour préserver le système  social, il faut mettre au point des législations pour définir  les droits des gens composant la société. Tous les individus devront les respecter. C’est, exactement, ce qui est appelé la réciprocité des droits. S’agissant des droits réciproques entre médecin et patient, il faut dire qu’ils ont des droits à accomplir l’un envers l’autre :

  1. Le patient doit faire confiance au médecin et le médecin doit être une personne digne de foi pour son patient ; autrement dit, le médecin doit garder la discrétion en ce qui ce concerne les vices et les secrets de son patient. Il ne doit pas les révéler aux autres.
  2. Si le patient est une personne étrangère (non-mahram), le médecin doit respecter les limites définies par la Charia, en ce qui concerne, regarder, toucher et…
  3. Le médecin doit faire le maximum de son effort pour faire un vrai et juste  pronostic de la maladie de son patient. En revanche, le patient doit rémunérer le médecin.
  4. Le médecin doit faire tout son possible pour délivrer une ordonnance appropriée à son patient. 1[1]
  5. Le médecin ne doit pas porter  un regard économique sur son travail et sa spécialité. Il doit, contraire, y porter un regard humain et en contrepartie, le patient doit donner la rémunération due au médecin.
  6. Le patient doit prendre au sérieux les recommandations du médecin pour se faire soigner et retrouver sa santé.

Cette question n’a pas la réponse détaillée. 

 


[1]  Majlissi, Bihar al-Anwar, t.75, p. 235, Institut al-Wafa, Beyrouth, le Liban, 1404 de l’hégire lunaire.  Il y a une citation du vénéré Imam Ali( béni soit-il) qui dit : «  Il y a trois choses, de quoi ont, nécessairement, besoin, les habitants de n’importe quelle région pour leurs affaires liées au monde d’Ici-bas et au monde l’au-delà.  Ils sont bêtes et imbéciles s’ils les perdent. Ces trois choses sont : Le Faqih (jurisconsulte religieux), le savant, l’Emir bienveillant et obéi par les gens, et le médecin digne de foi.

 

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire